C'est au bout du tunnel que la lumière brille

Aujourd’hui, après une mauvaise nouvelle, j’avais envie de vous partager quelque chose de très personnel.


Il y a 5 ans maintenant (presque jour pour jour), Attila (mon mari) et moi (Eloïse) avons fait nos valises et sommes partis de notre mini premier appartement de Braine l’Alleud. On vivait dans un entre-sol d’une maison de maître. La porte d’entrée en bois, qui craquait et laissait passer absolument tous les sons du couloir, n’était pas plus haute que 1 m 60. Autant dire que Attila (presque 2m) devait bien baisser la tête pour rentrer. Cette porte donnait sur notre chambre située quelques marches plus bas. Et oui notre chambre faisait office d’entrée (exit l’intimité), de débarras, de dressing, de range-vélo et cartons en tous genres. La deuxième pièce nous servait de salon, salle à manger, bureau, bibliothèque. Enfin la dernière pièce était, bien sur, la cuisine (sans lave-vaisselle) accolée à une mini salle de bain mal isolée.


Nous nous y plaisions, mais voilà, surprise, je suis tombée enceinte et autant dire qu’il était hors de question d’avoir un bébé là bas! Il était urgent de déménager. Nous sommes donc partis assez rapidement dans un appartement à Braine le Château.

Pour le coup, il répondait à tous nos besoins! Belle salle de bain, 2 chambres, cuisine AVEC un lave-vaisselle et une mini buanderie, un living room et une petite terrasse.


Cet appartement nous a rendu heureux pendant 5 ans! On y a vécu la naissance de notre fille Alice, ses premiers rires, ses premières découvertes, ses premiers pas… On y a vécu des moments de joie, de peine, on y a invité tous nos amis. Soit, un toit au-dessus de nos têtes qui nous a protégé et permis d’évoluer et surtout de vivre!



Mais, - parce qu’il y a un mais - le (non, je n’ai pas envie de féminiser ce mot) Covid est passé par là.

Aujourd’hui, nous sommes 3 et surtout nous sommes très différents que lorsque nous avons déménagé. Notre fille a 4ans et demi (je suis obligée de parler du demi ou elle va m’en vouloir), elle est intelligente, éveillée, curieuse et surtout pleine d’énergie. Mon mari a un travail qui lui plait, dans lequel il s’épanouit, qui lui permet une vraie évolution. Moi, je suis indépendante passionnée, amoureuse de mon métier et prête à en découdre avec tous les plus grands challenges que je vais devoir affronter.


Nous vivons donc à trois, dans cet appartement sans jardin. Attila travaille la nuit (de 18h00 à 6h00) dans le salon. Quand il travaille, nous devons faire un minimum de bruit (il est la plupart du temps au téléphone). De nos chambres, on l’entend sans cesse. On ne dort plus, on ne s’amuse plus, on ne vit plus.

Le Covid nous plombe, nous détruit! On n’en peut plus!

Cerise sur le gâteau, l’entreprise d’Attila nous apprend que le télétravail deviendrait la norme et que donc, nous devons rester dans cette situation.


Nous voilà donc embarqués dans une nouvelle aventure, nous devons chercher une maison! Mais pas n’importe laquelle, une maison avec un jardin et SURTOUT avec un bureau!

Première visite, sympa, la maison nous plaît. On est prêt à faire une offre mais ça ne marche pas. Une deuxième visite, puis une troisième, une quatrième,… Le marché est super tendu. Les maisons nous passent toutes sous le nez car oui, d’autres personnes sont plus rapides, ont plus d’argent, les reins plus solides.

Et nous? Et bien… la fatigue nous gagne. On tourne dans notre appartement, en silence comme un poisson rouge dans son bocal. En rond, parce qu’on ne voit pas le prochain angle qui nous permettra de décoller, de changer de vie.


Hier encore, nous posions une offre sur la maison de nos rêves! Nous nous sommes projetés, nous étions impatients, excités. Mais voilà : une fois de plus une personne plus fortunée prendra notre place.


Sauf que cette fois, c’était LA fois de trop. Je me sens démoralisée.

Et moi - éternelle positive - aujourd’hui, je broie du noir. Ne vous inquiétez pas, ça ne durera que très peu! Je déteste me sentir dans cet état et dans deux jours j’aurai retrouvé mon énergie et ma détermination.



Alors pourquoi je vous raconte tout ça? Parce qu’aujourd’hui plus que jamais, je réalise à quel point notre intérieur, notre maison à un impact sur notre vie, notre comportement, notre couple, notre sommeil, notre épanouissement.


Aujourd’hui plus que jamais, je réalise la chance que j’ai de faire un métier porteur de sens! Celui de décoratrice - home organiser et coloriste.

Je ne suis pas là que pour faire en sorte que ce soit joli!

Je suis là pour vous écouter, pour comprendre vos soucis, vos besoins. Je suis la pour entendre que vous êtes fatigués et à bout! Je suis là pour trouver les solutions qui feront que là où vous vivez, vous avez le droit d’être heureux!


Vous me direz certainement : « Mais de quoi elle parle celle-là? Elle n’est pas heureuse elle même! »

Et bien si! Au moment où je vous écrit ces quelques lignes, j’ai plein d’idées qui tournent dans ma tête pour trouver des solutions à l’aménagement de mon petit appartement. Dans mon cas, elles ne résoudront pas le fond du problème! Il me faudra continuer à chercher une maison. Mais en tout cas, ces solutions me permettront de retrouver des forces pour affronter les nouvelles épreuves.


Marie et moi-même sommes respectivement architecte d’intérieur, home organiser, décoratrice et coloriste et nous utilisons nos savoirs, notre expertise, mais surtout, notre coeur pour trouver des solutions ajustées à vos besoins.

Les Soeurs Poppins, ce n’est pas que du joli. C’est bien plus que ça.

Nous vous offrons un tremplin vers une nouvelle vie, vers un intérieur refuge et vers le bonheur.

57 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout